En février, financements secoués : l’édito de la newsletter de mars de iEDU

Newsletter iEDU sur les financements - mars 2014Avec un hiver qui tient plus d’un automne musclé que d’une saison digne des jeux olympiques, l’actualité continue ses soubresauts. Quand les bourses européennes deviennent remboursables, que les pourcentages à la hausse cachent des difficultés à la hausse ou que l’on gâche l’argent de l’éducation primaire dans le monde en raison d’enseignants peu qualifiés, l’on se dit que cela n’en finira jamais de bouger ! La question est alors de savoir dans quel sens … ou avec quel sens.

Erasmus : bon pour un prêt

Comme nous l’avions évoqué précédemment, le programme Erasmus a évolué depuis le début d’année. Outre la réorganisation (intégration des autres programmes : Leonardo, Comenius, Grundtvig) et les nouveaux objectifs (encourager les personnels enseignants à faire des séjours, possibilité de plusieurs stages pour les étudiants), une des nouveautés est la possibilité, pour les étudiants souhaitant faire un master à l’étranger ou conjoint, de contracter des prêts à titre personnel garantis par la Banque européenne d’investissements (programme “Erasmus Master”). Cette formule, à laquelle la France était opposée, représentera 3.5% du budget. Cela ressemble furieusement aux recommandations faites en octobre 2013 (nous y reviendrons sur le blog) par le ministre de l’éducation britanique à son gouvernement qui aurait bien consacré pour sa part 1 point de plus à ce nouveau type de financement. Tous les fonds de tiroirs sont bons à prendre.

Financement des universités : en hausse mais en baisse ?

Nous nous en étions fait l’écho sur le blog mais sans prendre le temps d’aller plus loin, les dotations 2014 aux universités ont été annoncées fin janvier par le Ministère sur son site. Mais comme toujours, le diable se cache dans ces détails et la façon de lire les chiffres, ce que d’autres ont pris le temps de faire. Entre annonces faites plusieurs fois, pourcentages moyens cachant les baisses là où elles sont les plus douloureuses et des hausses dans des budgets bloqués. Tout cela dans un contexte où les universités peinent chaque année un peu plus à boucler leurs budgets. Une situation “intenable” déjà dénoncée en octobre dernier par la CPU qui ne semble pas en passe d’être réglée.
Sources : Ministère, Le Nouvel Observateur, EducPros (blog de P. Dubois), L’Etudiant, CPU

UNESCO : “129 milliards dépensés pour rien” ?

Fin janvier 2014, l’UNESCO publiait son 11ème rapport sur les indicateurs de l’éducation dans le monde centré cette année sur la qualité de l’enseignement et des enseignants. Et c’est surtout la mauvaise qualité des enseignements en primaire qui est soulignée, avec des professeurs à la formation insuffisante, conduisant à un défaut d’apprentissage des fondamentaux pour 250 millions d’enfants qui permet d’aboutir au montant calculé par l’UNESCO. 37 pays gâcheraient même plus de la moitié de leur budget pour l’éducation primaire faute de résultats probants. Mais les pays développés sont aussi montrés du doigt. Entre inégalités en fonction des origines sociales ou géographiques (par l’immigration), nombreux sont les laissés-pour-compte. Pour la France, ces inégalités avaient déjà été soulignées par les résultats de l’enquête PISA en décembre dernier.
Sources : Le Figaro, UNESCO, PISA, Alternatives économiques (ici et )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *